Il y a 2 semaines

Lumen, Lux, Watt…stop aux idées reçues !

Les caractéristiques techniques d’une lampe font souvent l’objet de confusions et de mauvaises interprétations. Aujourd’hui, nous allons tenter de décrypter tout ça pour vous aider à y voir plus clair !

Rappel des définitions de base

Parmi les paramètres qui caractérisent une lampe, il existe 3 indicateurs majeurs : les lumens, les Lux et les Watts.

Avant de savoir les interpréter, il faut déjà repartir des définitions de chacun de ces indicateurs.

Le Lumen (symbole lm) est l’unité de mesure du flux lumineux qui indique la quantité totale de lumière émise par la source lumineuse. C’est l’indicateur de luminosité.

Les Watts (symbole W) indiquent la quantité d’énergie consommée par une lampe. C’est l’indicateur de puissance.

Le Lux (symbole lx) est l’unité de mesure de l’éclairement lumineux. Il caractérise le flux lumineux reçu par une unité de surface. « Un lux est l’éclairement d’une surface qui reçoit, d’une manière uniformément répartie, un flux lumineux d’un lumen par mètre carré ». À noter que les lampes deviennent aujourd’hui de plus en plus efficaces sur le plan énergétique, de telle sorte que la puissance au nombre de Lumens devienne de plus en plus faible.

Conseils pour analyser et comparer des lampes

Si ces définitions restent très techniques et peuvent s’avérer difficiles à comprendre, cela peut devenir encore plus complexe lorsqu’on essaye de comparer des lampes entre elles.

Les Lumens ne correspondant pas du tout à la lumière diffusée par un luminaire, une lampe de 150 lumens pourra générer bien plus de lumière qu’une autre de 300 lumens par exemple.

Dans le cas des lampes frontales telles que Liggoo par exemple, tout va résider dans le système de réflecteurs. En effet, pour ce type de produits, la lumière est transformée par des réflecteurs, des collimateurs de lux qui vont rendre, à lumens égaux, des niveaux totalement différents de lumière émise.

La comparaison des lux se révèle alors plus judicieuse, même si là encore, pour être totalement pertinente, cette comparaison devrait inclure la courbe photométrique du luminaire : c’est à dire l’aperçu de la répartition de l’éclairement d’un luminaire dans l’espace. Si c’est très simple pour les luminaires fixes, cela devient plus difficile pour des luminaires mobiles puisque les usages sont très variés et que les espaces peuvent être multiples. Pour conclure, dans le cas de l’éclairage mobile, c’est l’usage, l’angle et la distance d’utilisation de cet éclairage qui vont compter pour choisir votre produit (soit vos besoins en termes d’uniformité de l’éclairage, de la largeur du faisceau lumineux, des performances de la lumière souhaitées en périphérie et au centre…etc.).

Découvrez nos best-sellers Liggoo, l’éclairage 100% français [Cliquez-ici]

Veuillez remplir tous les champs obligatoires.
L'email est invalide.